Plaine de Sionnet

Historique

A l’origine, la plaine de la Haute-Seymaz était constituée de vastes étendues marécageuses, particulièrement riches en flore et en faune. Dès la fin du 19e siècle, ces marais ont été asséchés pour gagner en terres cultivables. Cette conquête, décisive pour une population cherchant à assurer sa subsistance, n’en a pas moins été désastreuse sur le plan écologique. Canalisés, emprisonnés dans une gangue de béton ou enterrés par endroits, la Seymaz et ses affluents ont subi un net appauvrissement écologique. Depuis plusieurs années, la Seymaz fait l’objet d’un important projet de renaturation auquel Pro Natura participe activement, dont l’objectif principal est de rendre à la rivière un environnement plus naturel.

La Plaine aujourd'hui

Aujourd’hui, les zones humides de la Plaine accueillent une grande diversité d’espèces d’oiseaux, de poissons, d’insectes, de mammifères et de végétaux. Elles constituent désormais un site d’importance nationale pour les oiseaux migrateurs notamment qui y font escale durant l’hiver, sous l’œil attentif des massifs du Mont-Blanc, du Môle et des Voirons lui servant de toile de fond.

Les classes de primaires genevoises sont accueillies gratuitement à Sionnet à travers le programme pédagogique « Au fil de l’eau » qui a pour vocation de sensibiliser à la Plaine et à ses enjeux durant 2h d’animation sur le terrain, encadré par deux animateurs Nature professionnels.