Roselière © Isaline Probst Schaër

Travaux à la Pointe à la Bise

Durée du projet: 01.01.2019 - 28.02.2019

La Pointe à la Bise fait peau neuve

Cette réserve, qui accueille une mosaïque de milieux peu représentés au niveau cantonal avait besoin, selon le nouveau plan de gestion, de travaux d’envergure pour sauvegarder ce site magique et les espèces qu’il abrite. En effet, une réserve naturelle sans travaux devient petit à petit de la forêt, milieu important, mais immensément moins riche et moins rare que certains autres milieux.

Par conséquent, dans ce type de réserve, de gros travaux doivent avoir lieu environ tous les 20 ans pour éviter l’atterrissement des rares milieux aquatiques du canton.

Plusieurs milieux méritent un intérêt tout particulier actuellement et ont donc été l’objet de ces travaux :

- La roselière : la roselière terrestre prenait, lentement, de la surface sur la roselière lacustre qui est favorisée, car cette dernière est extrêmement riche en biodiversité et exceptionnelle dans notre lac.

- Les diverses dépressions, la petite lagune et le canal : au court du temps, ils se sont combler à cause des vagues, des sédiments et des végétaux et ne sont plus fonctionnels, notamment pour les libellules ou les oiseaux.

- Les étangs : pleins de poissons, ne remplissaient plus leur rôle de lieu de vie et/ou de reproduction pour les amphibiens. Ainsi leur population avait drastiquement chuté depuis quelques années. La Pointe à la Bise étant un site OBAT (Ordonnance sur la protection des sites de reproduction de batraciens d'importance nationale), il était d’autant plus urgent de réagir avant la saison de reproduction de février pour éviter de perdre encore une année.

Des terrassements, l’adoucissement des rives et la suppression des poissons sont donc les travaux majeurs effectués dans ce site cher aux naturalistes et à la population genevoise.

Ainsi, des machines de chantier vont et viennent dans la réserve pendant plusieurs semaines entre janvier et février. L’autre moitié de la réserve n’a pas été touchée, ce qui nous permet de conserver un site fonctionnel pour la faune tout de suite après les travaux et d’éviter trop de dérangement.

Plein succès aux amphibiens et aux roseaux !

Travaux © Isaline Probst Schaer

 

 

 

 

 

 

 

Des machines de chantier vont et viennent

Grenouille rousse © Sébastien Miazza

La population d'amphibiens a drastiquement chuté depuis quelques années

Cela pourrait aussi vous intéresser

Notre tra­vail

Pro Natura est l'association pionnière pour la…

Article

Cen­tre Nature Pointe à la Bise

Bienvenue au Centre Nature de la Pointe à la Bise au…

News de Pro Natu­ra Genève

Notre actualité: les ateliers, sorties, événements,…

Vue d'ensemble