mategnin les fontaines © Isaline Probst Schaer s

Mategnin Les Fontaines

Longeant la frontière du Pays de Gex, les marais de Mategnin sont dans les années vingt l'un des derniers sites marécageux du canton de Genève. Drainage et correction de cours d'eau font payer un lourd tribut aux milieux naturels.

Première réserve naturelle

Les naturalistes de l'époque créent alors en 1928 "l'Association pour la création et l'entretien des réserves naturelles dans le canton de Genève". L'association a pour but de recenser les milieux naturels dignes d'intérêt afin de les préserver de manière durable. Les zones pouvant être constituées en réserves naturelles sont recherchées.

Dès le 1er janvier 1930, l'association conclut la location des marais de Mategnin avec la commune de Meyrin pour une période de 20 ans. Le 18 avril 1951, ces terrains sont achetés par la Ligue Suisse pour la protection de la Nature (aujourd'hui Pro Natura) pour Frs. 12'000.- et c'est la section genevoise qui en assure depuis la gestion.

Le marais menacé

Comme tous les milieux ouverts et humides, le marais de Mategnin les Fontaines est envahi peu à peu par la végétation arborée, principalement composées de saules. Cette lente évolution vers un milieu plus fermé condamne le marais à moyen terme.

Cette évolution naturelle n'est pas la vocation de ce marais, puisqu'il possède actuellement les valeurs écologiques d'un site d'importance nationale pour la reproduction des batraciens.
Des interventions sont donc nécessaires pour contenir ce comblement et conserver les richesses actuelles.

La flore du marais

Le marais des Fontaines présente les milieux typiques d'un marais en voie d'atterrissement naturel avec une végétation à grands carex mélangée, à la saulaie cendrée et à la roselière terrestre.

Cette réserve possède également des milieux rares en Suisse, dont le plus représentatif d'un bas-marais, le Magnocaricion. Cette élément est très encourageant pour une éventuelle inscription de ces marais dans l'inventaire fédéral des bas-marais d'importance.

9 espèces sur les 136 recensées à Mategnin les Fontaines figurent sur la liste rouge des espèces menacées. Parmi celles-ci, on trouve par exemple :

Renoncule scélérate (Ranunculus sceleratus)
Cette espèce pionnière des sols à humidité variable ne possède que 2 à 3 plants à Mategnin les Fontaines. Certaines mesures envisagées recherchent à augmenter cette population.

Peucédan des marais (Peucedanum palustre)
Espèce caractéristique des cariçaies marécageuses, elle n'est pas abondante en Suisse. Elle est cependant en augmentation dans le marais des Fontaines.

Renouée amphibie (Polygonum amphibium)
C'est surtout la forme aquatique que l'on rencontre dans la réserve, dans les parties où l'eau est stagnante ou le courant faible. Les populations sont pour l'instant petites.

La faune du marais

Le marais de Mategnin les Fontaines est d'importance nationale pour les batraciens, mais il possède également un rôle de relais dans la région qui est primordial pour beaucoup d'autres groupes dont voici les principales caractéristiques.

Les araignées
Le nombre total d'araignées dans les marais de Mategnin est de 80, avec 32 espèces déterminées pour Mategnin les Fontaines. La valeur des Fontaines reste élevée et caractéristique d'un marais. La rare Allomengea vidua (photo) y a été trouvée pour la première dans le canton.

Les orthoptères
11 espèces ont été recensées dans la réserve. Les espèces hygrophyles représentent les plus intéressantes et les plus menacées, même si certaines espèces de lisière sont également intéressantes, comme la Leptophye ponctuée (Leptophyes punctatissima, photo).

Les papillons diurnes
15 espèces de papillons ont été observées dans la réserve. Cette diversité est jugée moyenne pour ce milieu et les espèces rencontrées ne sont pas menacées sur Genève. A noter la découverte du cuivré des marais (Lycaena dispar, photo) hautement prioritaire sur le plan national.

Les libellules
Le marais présente une configuration favorable pour les odonates par sa taille et la diversité des milieux. 20 espèces ont été observées dans ce marais, diversité moyenne pour ce genre de biotope. L'Aeschne isocèle (Aeshna isoceles, photo) est peu fréquente à Genève et trouve ici son biotope préféré.

Les amphibiens
La réserve est un site d'importance nationale pour la reproduction des batraciens. 7 espèces y ont été observées, mais les investigations et les mesures de gestions continuent pour en favoriser d'autres. Le crapaud commun (Bufo bufo) en fait partie.

Les oiseaux
56 espèces nicheuses et 25 espèces utilisant la réserve comme refuge ont été recensées. Beaucoup de ces espèces sont de valeur au niveau régional et suisse. Le rôle que Mategnin joue dans cet partie du canton pour la reproduction et la migration est primordial et doit être conservé. Le râle d'eau (Rallus aquaticus, photo) est l'une des espèces rares profitant de ces 2 aspects à Mategnin.

Les vocations de la réserve

Les vocations d'une réserve naturelle sont ses "raisons d'être", les arguments qui justifient le soutien que lui portent ses gestionnaires. Toute la gestion de la réserve naturelle va s'orienter en fonction de ces vocations.

Au niveau cantonal, la réserve de Mategnin les Fontaines a comme principale vocation de préserver un marais en relation avec une mosaïque de milieux forestiers, ainsi que la faune et la flore qui en dépendent.

Les mesures de gestion

Les mesures de gestion envisagées dans la réserve ont pour objectif de favoriser les différentes espèces cibles et les milieux mis en évidence, ainsi que répondre aux différentes vocations sélectionnées.

Les mesures de gestions se divisent en mesures ponctuelles, mesures qui ne seront réalisées qu'une fois durant les prochaines années, et les mesures de routine, qui elles sont effectuées régulièrement, seul moyen de maintenir le biotope dans son état actuel.