Route © Pro Natura

Nos prises de position

Découvrez ici comment Pro Natura Genève se positionne face à différents projets d'aménagement du territoire

 

    Vous souhaitez nous alerter sur un projet d'aménagement du territoire dommageable pour la nature? Contactez-nous!


    @email
    Tél.: 022 311 10 10


    Votation sur le déclassement d'une zone agricole: NON à la zone industrielle d'Athenaz

    La population genevoise se prononcera cet automne (date pas encore fixée) sur le déclassement d’une zone agricole sur laquelle la Sablière du Cannelet est active de manière illégale. En effet, en fin 2018, Pro Natura Genève, AgriGenève et le Grain de Sable de la Champagne ont uni leurs forces pour s'opposer par référendum à la loi 11976 adoptée par le Grand Conseil le 2 novembre 2018, créant une zone industrielle sur le territoire de la commune d'Avusy (affectée à des activités de recyclage de matériaux minéraux au lieu dit "Sous-Forestal").

    Ce déclassement correspond à un mitage du territoire non conforme à la loi sur l'aménagement du territoire. Il a pour but de pérenniser l'implantation illégale de la Sablière du Cannelet SA, qui exerce depuis plus de 20 ans une activité industrielle en zone agricole. Ce déclassement crée un précédent dont d'autres entreprises se prévaudront à l'avenir.

    Le comité référendaire estime qu'il faut protéger la zone agricole, la nature, le paysage et qu'il faut surtout éviter qu'une entreprise puisse décider de son propre chef l'implantation de son activité industrielle en zone agricole, comme cela a été le cas de la Sablière du Cannelet. Malgré de multiples procédures judiciaires qu'elle a définitivement perdues au Tribunal Fédéral, cette entreprise n'a pas déménagé dans la zone industrielle du Bois-de-Bay et a profité du laxisme des autorités cantonales, des services cantonaux et de la FTI (Fondation des Terrains Industriels).

    Genève voit sa zone agricole diminuer d’année en année suite à des déclassements, avec un impact préoccupant sur les surfaces disponibles pour des cultures et le maintien de la biodiversité. Loin d’être inintéressantes au niveau nature, les anciennes gravières représentent de formidables milieux pionniers qui ont presque disparu de notre pays. C’est le cas de la réserve naturelle de la Petite Grave, rachetée par Pro Natura en 2009.

    Couronner de succès la manière de procéder de la Sablière du Cannelet SA revient à donner une prime à l'illégalité puisque le propriétaire de ces parcelles, bénéficiera ainsi d'une plus-value de plusieurs millions de francs. Cela a de quoi faire réfléchir plus d'un entrepreneur, d'autant plus qu'à ce jour cette entreprise n'a jamais été amendée pour l'exercice d'une activité industrielle en zone agricole.

    Ce qui manque à Genève pour respecter les arbres…et la nature!

    Le 9 novembre prochain, les Genevois-e-s sont appelé-e-s à manifester contre l’abattage d’arbres, tandis qu’un moratoire est discuté au Grand Conseil. Si Pro Natura Genève salue cette belle mobilisation citoyenne, elle souhaite aussi clarifier les aspects qui lui paraissent particulièrement importants à défendre. Il y a en effet de gros efforts à fournir pour préserver les arbres et la nature en général dans notre canton.

    Une législation favorable pour les arbres

    La législation genevoise en faveur des arbres fait figure de modèle au niveau suisse voire international. Les arbres isolés font l'objet d'une protection sur terrain public et privé, et tout abattage ou élagage est soumis à autorisation auprès du canton. Les arbres qui sont autorisés à l'abattage doivent être en principe compensés sur site.

    La nature et les arbres peu préservés dans les projets de densification et de construction

    Malheureusement dans les projets actuels de construction et notamment de densification, la tendance est d’abattre la majorité des arbres pour ensuite en replanter. La priorité est donnée aux constructions : logements, accès pompiers, garages souterrains, réseaux. Suite à cela, il reste peu de surfaces de pleine terre et de sols profonds et il n’est alors plus possible de planter des arbres majeurs. Sans parler d’autres types d’aménagements naturels précieux (mares, haies vives, prairies fleuries) qui ne sont souvent pas prévus, ou alors de manière déconnectée des milieux environnants.

    Manque de suivi et de transparence

    Pour garantir notre qualité de vie ainsi qu’une nature riche et diversifiée, pas seulement pour le plaisir des yeux, le Canton devrait faire part de plus de rigueur à plusieurs niveaux :

    • Mieux évaluer et pondérer les demandes d'abattages : est-ce que la sécurité des citoyens et des biens est véritablement en jeu ? Est-ce que le projet immobilier a étudié des alternatives pour prendre la nature existante comme point de départ et préserver les arbres existants ?
    • Être beaucoup plus transparent envers le public concernant les abattages. Invariablement, les requêtes en autorisations qui paraissent dans la feuille d’avis officielle (FAO) mentionnent un « abattages selon plan », nécessitant de passer au guichet de l’office des autorisations de construire pour accéder aux dits plans. Des informations concernant le nombre, l’espèce et le diamètre des arbres abattus devraient être disponibles dans la FAO, mais aussi sur un geoportail dédié, comme celui mis à disposition par le Service des espaces verts de la Ville de Genève.
    • Revoir à la hausse les montants compensatoires et la grille d’analyse des arbres, restés inchangés depuis 1974.
    • Effectuer un meilleur suivi des replantations pour garantir qu’elles soient pérennes. Trop souvent de gros montants sont dépensés pour des arbres déjà grands (ce qui permet au constructeur de limiter le nombre de sujets), mais trop âgés pour bien s’implanter.

    Pro Natura Genève estime que la densification en ville et en zone villa devrait être compatible avec le maintien voire le renforcement de la biodiversité et des arbres adultes et sénescents… ou ne pas être.

    Communiqué aux médias
    L'initiatve 163 intitulée « Pour un pilotage démocratique de l'aéroport de Genève »

    Pro Natura Genève soutient cette initiative et invite à voter OUI à l'initiative et NON au contre-projet le 24 novembre 2019.

    Quatre arguments en faveur de l'initiative:

    → OUI à la protection de la biodiversité: le développement de l'aéroport doit prendre en compte la pollution lumineuse, le bruit, les impacts d'oiseaux ainsi que le manque de passages pour la faune.

    → OUI à une vraie concertation : la stratégie de développement de l’aéroport doit être en ligne avec les besoins de la population et de l’environnement.

    → OUI à des nuits apaisées : les pollutions sonores et atmosphériques engendrent de nombreux problèmes de santé qui ont un coût important. Ce n’est pas une fatalité, la santé devrait être au centre de la gestion de l’aéroport.

    → OUI à un aéroport maitrisé : l’aéroport de Genève est important pour l’économie genevoise et romande. Mais son développement ne doit pas se faire au détriment du climat et des riverain-e-s.

    Flyer - Pilotage démocratique
    Référendum Pré-du-Stand

    Pro Natura Genève s'oppose au déclassement de la zone agricole "Pré-du-Stand" sur la commune de Grand-Saconnex

    Notre comité estime qu'il est nécessaire de densifier en ville pour du logement mais pas de sacrifier de la zone agricole pour des terrains de sport et des bureaux.

    Le projet du « Pré-du-Stand » c’est :

    → La disparition de 14 hectares de zone agricole de bonne terre. À l’heure où les habitant·e·s réclament une agriculture de proximité qui permette une alimentation à base de produits locaux, les terres cultivables se font toujours plus rares dans le canton.

    → S’approcher de la limite minimale de terres cultivables dans le canton de Genève. En dessous de cette limite, fixée par la Confédération, il ne sera plus possible de déclasser des terrains non-construits et de les consacrer à quelque autre développement que ce soit.

    → La création de 91’000 m2 de surfaces de bureaux supplémentaires. Le canton compte pourtant déjà quelques 300’000 m2 de surfaces de bureaux inoccupés.

    → Un centre sportif pour les jeunes dans une zone inadaptée à l’entraînement intensif. La proximité de l’aéroport et de l’autoroute engendre une qualité de l’air impropre à l’activité physique.

    → Un projet qui s’oppose à la lutte contre le réchauffement climatique. La protection du climat, c’est aussi la défense des terres agricoles !

    Stockage de mâchefers

    Le comité de Pro Natura Genève tenu le 8 mars 2018 a décidé de réagir contre la solution de stockage des mâchefers proposé par le Conseil d'Etat. Les sites choisis dans 3 communes genevoises sont en zone agricole et forestière. Le stockage de ces déchets aura donc une influence sur les milieux naturels et les connexions biologiques.

    Pro Natura Genève demande au Conseil d'Etat d'étudier des alternatives, notamment pour le recyclage de ces déchets.

    Prise de position
    Traversée du lac

    Par la décision de son comité le 11 février 2016, Pro Natura Genève s'oppose à la Traversée du lac, un projet autoroutier qui prévoit de relier le Vengeron jusqu'à la Pointe à la Bise par un pont ou un tunnel, puis en souterrain à travers toute la campagne rive gauche jusqu'à Thônex Vallard.

    A ce titre, notre association a fait partie du comité unitaire contre la Traversée du lac lors des votations du 5 juin 2016 et a émis des recommandations de vote dans les prises de positions officielles.

    Pro Natura Genève redoute spécialement

    • Une mise en danger de nombreuses espèces (oiseaux et batraciens)
    • La destruction de plusieurs hectares de milieux naturels précieux
    • La production de déchets d’excavation 3x plus grands que pour le CEVA
    • La création d'une nouvelle route qui augmentera la circulation
    Flyer - Non à la traversée du lac
    Routes de liaison Genève-Sud L1/L2

    En 2017, le Grand Conseil genevois a été saisi pour un projet de loi ouvrant un crédit d'investissement de 87 millions de francs pour la réalisation de deux nouvelles routes (L1 et L2) dans la région Genève-Sud. L'objectif est de capter la majorité du trafic issu des communes de Genève-Sud (Plan-les-Ouates, Lancy, Bardonnex, Troinex, Carouge, Veyrier) et d'accompagner le développement urbain.

    Pro Natura Genève et WWF Genève s'opposent à ces nouvelles infrastructures routières, sachant que leur tracé en pleine zone agricole aura un impact sur la biodiversité et traversera des écosystèmes fragiles.

    Prise de position
    Agrandissement de l'aéroport de Genève

    La Confédération a conçu un plan sectoriel de l'infrastructure aéronautique (PSIA) mis à l'enquête publique fin 2017, prévoyant l'agrandissement de l'aéroport de Genève et l'augmentation du trafic aérien.

    Pro Natura Genève s'oppose à ce projet et regrette que l'environnement soit aussi peu considéré (augmentation du bruit, de la pollution de l'air sans taxer le kérosène, etc).

    Prise de position

    Cela pourrait aussi vous intéresser

    Faire un don

    Grâce à votre contribution, Pro Natura Genève peut…

    Nos pub­li­ca­tions

    Vous avez envie d’approfondir vos connaissances sur…