Mategnin les Crêts © Isaline Probst Schaer

Mategnin Les Crêts

Longeant la frontière du Pays de Gex, les marais de Mategnin sont dans les années vingt l'un des derniers sites marécageux du canton de Genève. Drainage et correction de cours d'eau font payer un lourd tribut aux milieux naturels.

Première réserve naturelle

Longeant la frontière du Pays de Gex, les marais de Mategnin sont dans les années vingt l'un des derniers sites marécageux du canton de Genève. Drainage et correction de cours d'eau font payer un lourd tribut aux milieux naturels.

Les naturalistes de l'époque créent alors en 1928 "l'Association pour la création et l'entretien des réserves naturelles dans le canton de Genève". L'association a pour but de recenser les milieux naturels dignes d'intérêt afin de les préserver de manière durable. Les zones pouvant être constituées en réserves naturelles sont recherchées.

Dès le 1er janvier 1930, l'association conclut la location des marais de Mategnin avec la commune de Meyrin pour une période de 20 ans. Le 18 avril 1951, ces terrains sont achetés par la Ligue Suisse pour la protection de la Nature (aujourd'hui Pro Natura) pour Frs. 12'000.- et c'est la section genevoise qui en assure depuis la gestion.

Une évolution menaçante

Comme tous les milieux ouverts et humides, les marais de Mategnin les Crêts sont envahis peu à peu par la forêt et perdront leurs principales caractéristiques si cette dynamique n'est pas enrayée.

Cette évolution naturelle n'est pas la vocation de ce marais, puisqu'il possède actuellement les valeurs d'un site d'importance nationale pour les batraciens. Nous devons conserver un milieu ouvert, humide et possédant les biotopes favorables au maintien de cette diversité batrachologique.

Aujourd'hui, la réserve est de plus en plus menacée par le milieu forestier et de nombreuses zones marécageuses subissent les effets de cette évolution. Nous tentons actuellement de stopper cette lente évolution vers la forêt pour redonner toute sa dimension au marais.

La flore de la réserve

Le Marais des Crêts présente une succession d'unités de végétation d'Est en Ouest liée à un gradient croissant d'humidité. Cette succession est très intéressante et très rare dans le canton.

Cette réserve possède également des milieux rares en Suisse, dont le plus représentatif d'un bas-marais, le Magnocaricion. Cet élément est très encourageant pour une éventuelle inscription de ces marais dans l'inventaire fédéral des bas-marais d'importance.

13 espèces sur les 136 recensées à Mategnin les Crêts figurent sur la liste rouge des espèces menacées. Parmi celles-ci, on trouve par exemple :

Renoncule en crosse (Ranunculus circinatus)
Cette espèce n'est pas nouvelle pour la réserve, mais n'avait plus été observée depuis longtemps. Elle apprécie les plans d'eau mésotrophe.

Renoncule flamette (Ranunculus flammula)
Cette espèce se développe dans les endroits pionniers soumis à des variations d'humidité. Il n'y a que deux stations dans la réserve.

Spirodèle à plusieurs racines (Spirodela polyrhiza)
Cette espèce est rare à Genève et ressemble beaucoup à la lentille d'eau. On la rencontre dans les eaux stagnantes de la réserve, où le courant est faible. 

La faune de la réserve

Mategnin est l'une des très rares zones humides du canton le long de la chaîne du Jura. Cette caractéristique explique la concentration des richesses faunistiques connues et renforce les besoins de conservation de ce site, menacé par un développement urbain important.

Le marais de Mategnin les Crêts est d'importance nationale pour les batraciens, mais beaucoup d'autres richesses existent et présentent des caractéristiques rares en Suisse.

Les araignées
Le nombre total d'araignées dans les marais de Mategnin est de 80, avec 54 espèces déterminées pour Mategnin les Crêts. Ces espèces ne sont pas caractéristiques des marais et sont pour la plupart ubiquistes, comme la minuscule Erigone atra (photo).

Les orthoptères
13 espèces ont été recensées dans la réserve. Les espèces hygrophiles représentent les plus intéressantes et les plus menacées, comme le Conocéphale des roseaux (Conocephalus dorsalis, photo) jamais observé à Genève jusqu'ici.

Les papillons diurnes
19 espèces de papillons ont été observées dans la réserve. Cette diversité est jugée moyenne pour ce milieu et les espèces rencontrées ne sont pas menacées sur Genève. A noter la découverte du cuivré des marais (Lycaena dispar, photo) hautement prioritaire sur le plan national.

Les libellules
Le marais présente une configuration favorable pour les odonates par sa taille et la diversité des milieux. 20 espèces ont été observées dans ce marais, diversité moyenne pour ce genre de biotope. La cordulie à taches jaunes (Somatochlora flavomaculata, photo) est la plus caractéristique des marais.

Les amphibiens
La réserve est un site d'importance nationale pour la reproduction des batraciens. 7 espèces y ont été observées, mais les investigations et les mesures de gestion continuent pour en favoriser d'autres. La grenouille agile (Rana dalmatina, photo) en fait partie.

Les oiseaux
48 espèces nicheuses et 25 espèces utilisant la réserve comme refuge ont été recensées. Beaucoup de ces espèces sont de valeur au niveau régional et suisse. Le rôle que Mategnin joue dans cette partie du canton pour la reproduction et la migration est primordial et doit être conservé. Le pouillot fitis (Phylloscopus trochilus, photo) est l'une des espèces rares profitant de ces 2 aspects à Mategnin.