Martin pêcheur

Toutes vos questions sur la nature

Durée du projet: 10.04.2020 - 10.06.2020

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la nature sans jamais oser le demander"! ??????

Des questions vous taraudent sur la nature? Sur la reproduction d'une espèce en particulier? Sur l'identification d'une plante ou son rôle dans l'écosystème? Sur des aménagements concrets favorables à la nature ou sur des questions plus philosophiques?
Posez-nous toutes vos questions soit directement sur facebook soit par courriel à: @email! Nous vous répondrons individuellement et publierons les réponses sur notre site internet en citant juste votre prénom, votre âge et votre commune, si vous êtes d'accord. N'hésitez pas à relayer également les questions de vos proches, enfants, parents et grand-parents!

Téléchargement
Qui est cette guêpe qui vole sur place ?

Réponse à la question de Théo, 12 ans, Bernex :

Bravo Théo pour ton observation! Cet insecte que tu décris est une mouche qui a les couleurs d'une guêpe pour impressionner ses prédateurs. Son nom est le Syrphe, il y a beaucoup d'espèces différentes, certaines ressemblent aussi à des abeilles. Elles se nourrissent de nectar.

Quel est cet arbre plein de fleurs blanches sans feuilles?

Réponse à Louise, 42 ans, Meyrin:

Merci Louise pour votre question! Cet arbre est un arbuste, le Prunellier appelé aussi Épine noire. Il a la particularité de fleurir avant d'avoir ses feuilles comme vous l'avez observé. C'est un des premiers arbustes à fleurir et ses fleurs très appréciées par les pollinisateurs se transformeront en petites prunes noires, les prunelles, comestibles mais toutefois très acides! L'Aubépine, un autre arbuste épineux qui côtoie le Prunellier, fleurit après la venue des feuilles.

Pourquoi ai-je l'impression d'être la seule à ramasser les déchets dans les zones naturelles?

Réponse à Paula, Paula, 32 ans, Chancy:

Merci de ramasser les déchets, la nature en a grand besoin! Cette impression est sûrement due au fait que peu de gens en effet ramassent les déchets qui se trouvent dans les zones naturelles. Par ignorance, par désintérêt, ou tout simplement parce que certains croient qu'ils seront ramassés par d'autres!
Les déchets n'ont pas leur place dans la nature, ils polluent les sols et intoxiquent les animaux, surtout les plastiques et les mégots. Rappelons qu'abandonnés sur place, ils vont parcourir des mètres, voire des kilomètres, transportés par le vent et l'eau. Soyons toutes et tous responsables et mettons nos déchets à la poubelle, afin de protéger les sols et les organismes vivants... avec les humains au bout de la chaîne alimentaire!

Déchets
En me promenant à la campagne, j'ai vu un scarabée qui a saigné quand je l'ai pris dans ma main. Mais j'ai fait tout doucement, vous croyez que je l'ai blessé?

Réponse à Laura, 8 ans, Genève:

Quelle chance Laura! Tu as rencontré un coléoptère de la famille des chrysomèles, son petit nom est le Crache-sang. Ne t'inquiète pas tu ne l'as pas blessé, il a juste eu peur d'être dans ta main et quand il est stressé il crache une goutte rouge pour se défendre. La prochaine fois que tu le rencontres, tu peux l'observer sans le toucher, ainsi tu ne lui feras pas peur!

 

Pourquoi, quand les rouges-queues chantent, font-ils de petits vols très courts et rapides et se reposent ensuite?

Réponse à Michel, 59 ans, Choulex:

Merci, Michel, pour votre observation précise. Les rouges-queues sont d'habiles chasseurs d'insectes, alors quand vous les voyez effectuer ces vols, ils sont tout simplement en train d'attraper un insecte, observez-les encore et vous verrez sûrement l'insecte voler et se faire manger...

En me promenant au bord de l'Allondon, j'ai vu de petites fleurs violettes. Pouvez-vous me dire leur nom svp?

Réponse à Jacques, 78 ans, Dardagny:

Cher Jacques, vous avez la chance d'avoir pu observer une Globulaire allongée, Globularia bisnagarica en latin. Cette rosette de feuilles, dont les fleurs s’épanouissent d’avril à juin, ne mesure pas plus de 30 centimètres lorsque les conditions le permettent. Cette plante pousse au sein des pelouses sèches des plaines alluviales de l’Allondon. Ces pelouses sèches sont considérées, en Suisse, comme vulnérables. Elles doivent donc être préservées à tout prix !

La punaise a réapparu, en tous cas dans notre région à Confignon. Le problème est qu'il y a 2 sortes, une très néfaste pour les arbres fruitiers et une autre qui ne l'est pas. Comment peut-on les différencier?

Réponse à Eliane de Confignon:

La punaise diabolique asiatique est une espèce invasive dans notre pays. Contrairement à ses homologues suisses, elle s'attaque aux fleurs, fruits et même aux plantes ornementales. On peut la reconnaitre grâce à sa grande taille (jusqu'à 1.7 cm), ses deux bandes blanches irrégulières sur les antennes et sa tête allongée et rectangulaire!

On parle souvent des changements climatiques qui influencent les lieux d'habitats des espèces. Y a-t-il de nouvelles espèces d'oiseaux qui sont arrivées en Suisse ces dernières années?

Réponse à Claudine, 55 ans, Onex:

Dans le développement des populations d'oiseaux, il n'est jamais simple de mettre en évidence un facteur précis. Statut de protection, modification de l'habitat, atteinte de la ressource en nourriture sont les principaux critères d'évolution des populations. A ceux-là peut s'ajouter parfois la composante climatique. On pourrait citer ici les Guépiers qui nichent à de plus en plus d'endroits, mais là encore, l'évolution des stratégies d'exploitation des gravières a certainement plus d'impact que le facteur climatique. A terme, on pourrait peut-être voir certaines fauvettes méditerranéennes (passerinette, mélanocéphale,...) nicher en Suisse.
Les changements peuvent aussi s'observer au sein même du pays pour les espèces nichant en montagne qui abandonnent les zones de basses altitudes pour nicher plus haut!

Guêpier d'Europe
L’année passée, j’ai entendu dire que les Pays-Bas étaient devenu le premier pays du monde sans chien errant. Ça veut donc dire qu’il y en a en Suisse ? Où et pourquoi ?

Réponse à Ronny, 35 ans, Genève:

Cher Ronny, un chien errant est un chien qui se promène tout seul et qui n’a pas d’identification, il n’a donc pas de propriétaire.
Oui, il y a encore des chiens errants en Suisse et dans le canton de Genève, même s'ils sont peu nombreux depuis l’obligation des puces identificatoires.
La majorité des chiens arrivant en fourrière sont en revanche des chiens dits «divagants», ils se promènent seuls, mais grâce à la puce, leur propriétaire peut être identifié. Le Service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV) du Canton de Genève est compétent en la matière.
Le chien errant peut rester à la fourrière pour un délai de 6 jours, ensuite il sera transmis à une organisation pour la protection des animaux. Après une période de quarantaine, il sera régularisé. Un travail d’intégration sociale du chien est entrepris et il sera donné en adoption s'il ne se révèle pas dangereux ou agressif.
Pour adopter un chien il est recommandé de s’adresser uniquement aux organisations pour la protection des animaux et aux refuges reconnus comme la Protection Suisse des Animaux. Une liste exhaustive est consultable sur la page https://www.suisse-romande.com/protection-animaux.html.

chien errant
J’ai entendu dire qu’il ne fallait pas nourrir les oiseaux du lac avec du pain ou d’autres miettes. Je vais souvent avec ma mamam au bord du lac pour leur donner du pain sec, est-ce vraiment mal ?

Réponse à Charlotte, 9 ans, Genève:

Le pain et en général les restes de notre alimentation sont rarement adaptés au régime alimentaire des oiseaux d’eau. Le pain en particulier est trop salé, mais aussi trop sucré et pauvre en vitamines et fibres. Aussi, une petite quantité pour un oiseau ne lui posera pas de problèmes de santé, mais s’il ne se nourrit plus que de ça, il risque de développer des problèmes de digestion et des carences.

Le nourrissage entraîne également le regroupement de beaucoup d’oiseaux ce qui provoque du stress et des combats entre eux. Le contact rapproché peut en outre favoriser la propagation des maladies et des parasites.

Les oiseaux d’eau n’ont pas besoin d’être nourris, car ils trouvent tout ce qu’il faut dans le lac. Si tu veux les nourrir, choisis plutôt de belles salades fraiches et des mélanges de graines pour leur offrir un repas sain et équilibré.

Cygne
Au printemps, depuis mon balcon, je vois passer des abeilles qui ont de la poussière blanche/gris claire un peu partout sur leur corps. Est-ce qu’il s’agit de pollen ou est-ce autre chose?

Réponse à Yvette, 65 ans, Meyrin:

Chère Yvette, c’est en effet du pollen ! Au printemps, les abeilles sauvages et domestiques butinent les fleurs à la recherche de nectar et de pollen pour se nourrir. Ce pollen peut prendre toutes sortes de couleurs en fonction du type de plantes dont il provient, mais varie souvent du jaune au marron. En butinant, les abeilles s'en recouvrent et contribuent à la pollinisation des fleurs, c’est gagnant-gagnant !

Je me balade fréquemment dans la région de la Seymaz. J'y ai remarqué un assez grand rapace en vol plané en janvier à haute altitude. Est-ce possible qu'un aigle survole la région entre la Seymaz et les Voirons?

Réponse à Nicole, Collonge-Bellerive :

Par définition, les oiseaux ont de plus grandes capacités de déplacement que nombre d'autres espèces, il arrive donc fréquemment qu'on les trouve hors de leur milieu de prédilection.
Il existe en Suisse une espèce d'aigle nidificateur : l'aigle royal, également appelé « aigle doré ». C'est l'espèce alpine par excellence, qui apprécie la solitude des grands espaces en altitude (au-dessus de 1500m), et les falaises pour construire le nid.
D'autres espèces sont parfois observées en Suisse; il s’agit plutôt de passages occasionnels, par exemple lors de migrations. Ce sont l'aigle botté, l'aigle criard et l'aigle pomarin.
Il est cependant peu probable que ce soit un aigle que vous avez aperçu : non seulement la plaine genevoise n'est pas son terrain de prédilection, mais ces oiseaux sont peu nombreux : on estime le nombre de couples nicheurs d'aigles royaux à seulement 350 en Suisse.
Cependant...ce n'est pas totalement impossible ! L'aigle royal se trouve aux portes de Genève, jusqu'aux premiers sommets du canton de Vaud, et niche depuis 1994 dans le Jura français. Quand on sait que cette espèce a un territoire de 150 km², dont il peut parfois sortir en cas de perturbation, il est imaginable que l'un d'entre eux soit venu faire, comme vous, une balade dans la région de la Seymaz.
Sinon, divers rapaces vivent en plaine, qui ressemblent beaucoup à l'aigle en vol, entre autres, le Milan noir et le Milan royal, plus grand, qui est parfois appelé « petit aigle » car il lui ressemble. Il est fort probable que ce soit lui que vous avez aperçu.

Milan royal
Est-ce que le guano blanc des corbeaux freux et des corneilles sur les trottoirs est-il vraiment sans risques pour les enfants?

Réponse à Myriam, Grand-Lancy:

Le guano est un terme utilisé pour les oiseaux marins et les chauves-souris. Dans le cas des corneilles noires et des corbeaux freux, nous parlons de «fientes». La dangerosité de ces dernières n’est pas clairement démontrée mais réside certainement dans leur concentration. Par précaution, nous encourageons parents et enfants à éviter tout contact direct – oral et/ou oculaire.

Je constate qu'avec cette sécheresse, les oiseaux boivent un maximum dans les écuelles qu'on leur met dans le jardin. Ont-ils de la peine à trouver de la nourriture? Leur rythme est-il décalé avec l'arrivée précoce du printemps? Les oeufs ont-ils éclos?

Réponse à Francine, Versoix:

Comme la plupart des animaux, les oiseaux ont besoin de s’hydrater et peuvent donc souffrir de la sécheresse. Le manque d’eau raréfie également les ressources disponibles en nourriture, ce qui affecte encore une fois leur métabolisme. Toutefois, les oiseaux sont résilients et parviennent à s’adapter aux conditions qu’ils rencontrent.
L’arrivée précoce du printemps modifie le rythme biologique de certaines espèces. Le pic des disponibilités alimentaires arrive plus tôt dans la saison ce qui influence la période de migration et de reproduction de certaines espèces.
L’hiver et le printemps 2020 ont été doux ce qui a permis à certaines espèces d’oiseau de nicher relativement tôt. Les premiers oisillons ont donc déjà éclos et le ballet des parents pour les nourrir a commencé.

 

Oisillons
J'habite dans un lotissement composé de plusieurs villas et d'un petit bois en copropriété. Depuis quelques années, des lauriers poussent en peu partout dans ce bois. Que peut-on entreprendre pour freiner cette prolifération?

Réponse à Marlyse, Meyrin:

En effet les lauriers-cerises dont vous parlez sont très problématiques pour la biodiversité, car ce sont des plantes exotiques d'origine asiatique, introduites et devenues envahissantes. Elles sont souvent utilisées pour créer des haies dans les lotissements, car ils gardent leurs feuilles toute l'année.
Pour freiner leur prolifération, l'idéal serait d'arracher toutes les haies de lauriers-cerises existantes et de ne plus en planter ni en vendre. Il faudrait remplacer ces haies, qui sont de véritables déserts verts pour la biodiversité locale et en plus toxiques pour notre espèce, par des haies d'arbustes indigènes, très importantes pour la petite faune. En plus, ces arbustes sont pour certains comestibles, comme les cornouilles du cornouiller mâle ou les cynorhodons de l'églantier.
Il faudrait également arracher chaque pied que l'on trouve en forêt, afin de limiter leur étendue, mais là encore, ils sont coriaces, car ils peuvent faire des repousses à partir des racines restées en terre. Au moins, s'ils ne sont plus plantés volontairement, moins de graines seront dispersées par les oiseaux.

J’habite dans un lotissement à côté d’un petit bois, séparé par la route d’accès aux villas. Le long de cette roue, côté bois, sera dorénavant respectée une bande de 50 cm de verdure. Quel est le meilleur moment pour tondre et à quelle hauteur ?

Réponse à Marlyse, Meyrin:

Pour l’entretien de la bande herbeuse, 2 possibilités s’offrent à vous. La solution idéale qui permet le meilleur développement de la faune et de la flore sauvages, serait de laisser la nature se gérer. La seconde serait de favoriser un entretien très peu invasif avec le moins d’interventions possible afin de diminuer au maximum l’impact sur la Nature. Il est préconisé de ne pas faucher en dessous de 15 cm du sol, à l’aide d’une faux ou d’une débroussailleuse. Concernant la période de fauche, il est préférable d’attendre que les espèces, dites annuelles, composant la bande aient eu le temps de terminer leur cycle. La fauche serait donc effectuée au plus tôt aux alentours de fin août-début septembre.

bande herbeuse
Dans notre canton, je remarque qu’il y a peu de nouveaux arbres plantés. Ne devrait-on pas penser au renouvellement des vieux arbres le long des routes et dans nos jardins?

Réponse à Laurent, Grand-Lancy:

En fait, les jeunes arbres autant que les vieux sont importants pour la nature. En effet, il est très important que les vieux arbres soient renouvelés pour que le nombre d’arbres ne diminue pas et que ceux qui meurent soient remplacés. Cependant, les vieux arbres sont très importants pour la biodiversité. Certaines espèces de chauves-souris, oiseaux, insectes menacés n’ont que ces arbres pour se nourrir et/ou se loger. Aucun autre milieu naturel ne peut offrir une aussi grande palette d’avantages sur une aussi petite surface. C’est pourquoi il est nécessaire de les conserver, car ils sont extrêmement riches en espèces animales, et de planter les jeunes arbres qui les remplaceront dans plusieurs dizaines d’années.

Nous venons d’emménager dans un appartement au rez-de-chaussée qui possède un jardin. Comment faire pour créer un havre de paix pour la nature?

Réponse à Aurélie, 43 ans, Satigny:

Il est très facile et pas cher de réaliser un jardin naturel et praticable pour toute la famille. Pro Natura donne des conseils qui peuvent vous aider dans cette création (https://www.pronatura.ch/fr/trucs-astuces-nature ) et la charte des jardin est une aide précieuse dans cette entreprise: https://www.energie-environnement.ch/…/j…/charte-des-jardins. En résumé, il est recommandé de laisser en marge de votre jardin un coin avec un tas de bois, et/ou un tas de grosse pierre au Sud et au moins 1m2 de prairie fleurie. Les surfaces avec des orties, des haies indigènes et des arbres fruitiers hautes tiges sont également nécessaires à la vie de beaucoup d’espèces animales. Nous profitons également de l'occasion pour attirer votre attention sur le concours de Pro Natura: https://www.pronatura.ch/fr/jardin-naturel?fbclid=IwAR3BpEkJtFUiGrW6_LF…

 

J'ai un balcon, j’y ai mis quelques fleurs mellifères locales et je ramasse régulièrement les déchets lorsque je me balade. Quelles autres actions pourrais-je entreprendre pour aider la nature et la biodiversité à côté de chez moi ?

Réponse à Julie:

Nous pouvons agir de différentes manières pour la biodiversité, soit par l’action directe, soit de façon indirecte, par notre mode de vie et de consommation.
Fleurir les balcons, ramasser les déchets, proposer des habitats aux insectes, respecter la nature et les lieux de tranquillité de la faune lors de nos balades, ne pas utiliser de produits phytosanitaires dans nos jardins vont dans ce sens.
Notre mode de vie et de consommation globale peut également jouer en faveur de la biodiversité : favoriser les produits locaux et responsables, diminuer les déplacements polluants, la production de déchets et l’utilisation des ressources précieuses comme l’eau…
Enfin, l’action collective est également cruciale : beaucoup d’associations proposent des actions concrètes pour la protection de la nature auxquelles vous pourriez participer. Finalement, n’hésitez pas à solliciter votre commune pour connaître les actions engagées et à en discuter avec votre entourage.

L’image contient peut-être : plante et plein air

J'ai une petite cabane à abeilles sauvages qui tourne bien. Comment puis-je en prendre soin chaque année et éviter les parasites ? Est-ce vraiment un geste écologique que d'avoir une cabane de ce style ?

Réponse à Julie:

Les cabanes ou hôtel à insectes sont très favorables à la biodiversité et ne demandent pas d’entretien particulier, sauf des réparations quand les intempéries les dégradent. Attention à faire ces réparations en douceurs et en évitant de les entreprendre au moment où l’abri est très occupé pour ne pas déranger les insectes qui s’y abritent ! Certains animaux peuvent aussi s’y réfugier l’hiver alors laissez-le dehors toute l’année.
Ces habitats sont « vivants » et les insectes qui s’y trouvent les entretiennent eux-mêmes et se débarrassent des indésirables. En offrant un lieu à d’adorables osmies poilues (abeilles solitaires), vous favorisez en outre la venue ponctuelle d’autres espèces, comme les inoffensifs mais mal-aimés forficules (appelés à tort perce-oreille), ou les guêpes venues chercher du bois pour faire leur nid...mais ils font aussi partie de la nature !

Hotel à insectes
J’ai toujours arraché les orties de mon jardin parce que je trouvais qu’elles n’y avaient pas leur place, mais je me demande maintenant si c’est une idée judicieuse ?

Réponse à Jacques:

En effet, toutes les espèces animales ou végétales ont un rôle, il est donc recommandé de laisser au moins un petit coin à orties dans son jardin. Elles offrent la possibilité d’observer la Petite tortue, papillon magique des jardins. Cet insecte a besoin de l’ortie pour se nourrir et lui est donc nécessaire pour vivre.

Je suis architecte et au vu de l’état actuel de la biodiversité, j’aimerais prendre en compte la nature dans mes futurs projets de constructions, mais comment faire ?

Réponse à Ana:

Il est très important que les architectes se rendent compte qu’ils ont la possibilité, sans trop de frais, d’enrichir la biodiversité. Ce corps de métier est très important pour l’évolution de la biodiversité en ville. Notre association est à disposition pour tout conseil relatif à cette problématique, et vous transmet les points élémentaires à réaliser en terme nature : sol perméable, parking sous les bâtiments uniquement, plantation de grands arbres indigènes, au minimum 2 types d’habitats naturels (hôtels à insectes, nichoirs à oiseaux et chiroptères, tas de bois et de pierres) plantations indigènes, gestion des eaux à la parcelle, éclairage compatible avec la faune (LED jaune avec lumière projetée au sol, déclencheur automatique et lampadaire de moins de 4m), milieux connectés avec d’autres milieux naturels sur les parcelles alentours, toiture végétalisée avec panneaux solaires, pas de plantation de la flore inscrite sur la liste noire.

Pourquoi est-ce que je me suis déjà fait attaquée 2 fois par des corneilles? Est-ce que ça arrive fréquemment?

Réponse à Sarah, 35 ans, Genève:

Les corneilles noires sont des oiseaux très territoriaux. Leurs croassements sont des signaux sonores qui permettent de communiquer mais également de revendiquer leur souveraineté sur une portion de territoire. Au printemps, en pleine période de couvaison, cette défense du territoire est démultipliée. Ainsi, la possible agressivité des corneilles découle de la défense du nid. Mais les attaques directes à un être humain restent des faits très exceptionnels.

J’entends souvent parler du silure, ce gros poisson qu’on voit de plus en plus dans nos lacs. Pourquoi est-ce qu’il prolifère autant ?

Réponse à Michel, Versoix :

Le Silure glane, Silurus glanis en latin, est un poisson de la famille des Siluridées. Cette espèce est native de l’Europe de l’Est jusqu’au Rhin. C’est en 1857 que le Silure est introduit dans le Rhône français, et depuis 2003 il est présent sur le canton de Genève à Verbois.
Sa prolifération dans le Rhône Genevois peut s’expliquer de plusieurs manières. La première est le fait que ce poisson n’est pas très prisé par les pêcheurs et pècheresses. Ceci provoque un déséquilibre dans les populations de poissons et peut alors défavoriser une espèce directement concurrente du Silure. De plus, sa tolérance à la pollution et sa résistance à l’augmentation de la température de l’eau lui permet probablement de mieux survivre dans les eaux genevoises.

Photo: David Bärtschi

Photo: David Bärtschi
Le soir, à la tombée de la nuit, je vois plein de chauve-souris voler, alors que j’habite en ville. Où est-ce qu’elles nichent la journée ?

Réponse à Marie-Ange, Genève:

Les chauves-souris choisissent leurs gîtes en fonction de leur taille, mais aussi de la proximité de leur territoire de chasse. Donc, dépendamment de leur régime alimentaire (essentiellement des insectes), certaines chauves-souris préfèrent la forêt, où elles nichent alors dans des trous de pics ou sous les écorces (comme par exemple les noctules). D’autres se retrouvent dans les espaces urbanisés où elles dorment sous les charpentes, dans les clochers, dans des fissures de murs, derrière des volets ou encore sous un pont.

Photo: Oreillard brun (animal de l'année 2012), Cyril Schönbächler

Photo: Cyril Schönbachler
"J’ai beaucoup de pissenlits dans mon jardin : certaines personnes m’ont dit de les enlever, car ils envahissent tout le jardin prenant la place d’autres plantes, d’autres m’ont dit qu’ils ont un rôle favorable dans l’écosystème… que faut-il croire?

Réponse à Olivier, Genève:

Le pissenlit est une plante vivace très commune qui présente des avantages et des inconvénients. En effet cette plante peut être considérée comme un indésirable pour le jardinier, car le pissenlit épuise le sol rapidement et inhibe la croissance des plantes voisines. Toutefois, il est également bénéfique pour l’écosystème en procurant une source de pollen très tôt dans l’année, nécessaire aux pollinisateurs, et en aérant le sol grâce à sa racine pivot qui s’implante en profondeur. De plus, le pissenlit contient de nombreuses propriétés médicinales, ce qui en fait un allié pour notre santé.
Néanmoins, si vous désirez limiter la propagation du pissenlit dans votre jardin, vous pouvez couper les fleurs après la floraison et donc avant que les graines ne se forment et soient emportées par le vent.

Une plante a poussé au début du printemps dans le pot qui est placé sur le rebord de ma fenêtre et j'aimerais connaître son nom. Pourriez-vous m'aider svp?

Réponse à Sarah, Carouge:

A ce stade de développement de la plante, il est difficile de se faire une idée solide de l'espèce qui s'est glissée dans votre pot. Cette rosette basale à feuilles longues entières nous fait penser à la famille des Asteracées (famille des marguerites). Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous invitons à suivre le développement de cette plante au fil des mois et de nous transmettre à nouveau des photos pour que nous puissions préciser l'identification.

Nous observons ces grenouilles à côté de chez nous et aimerions savoir de quel type de grenouilles il s'agit. Merci de votre aide!

Réponde à Cécile:

L’identification d’un amphibien anoure – c’est-à-dire sans queue – débute par la nécessaire distinction entre grenouilles et crapauds. Plusieurs critères morphologiques peuvent alors être mobilisés; citons notamment la texture de la peau, verruqueuse chez les crapauds et plus lisse chez les grenouilles. Sur la base de vos photos, nous pouvons affirmer être en présence de trois grenouilles. Ensuite, il est impératif de considérer l’écologie de l’espèce: lieu de vie, milieu de reproduction, etc. Les grenouilles dites «brunes/rousses» vivent dans des milieux forestiers, contrairement aux grenouilles dites «vertes» qui vivent continuellement à proximité des plans ou cours d’eau. Les grenouilles présentes sur les photos sont vertes, plus précisément, il est vraisemblable qu'il s'agisse d'hybrides entre grenouilles rieuses et grenouilles vertes, dans la mesure où la grenouille rieuse, espèce invasive, se reproduit avec les différentes grenouilles vertes indigènes, diluant en cela les critères morphologiques de reconnaissance, notamment la couleur.

J'ai vu ce papillon le 16 mai à 7h45 à Bernex. D'après la documentation trouvée, ce serait un Cuivré des marais qui n'est pas censé être chez nous. Pouvez-vous me le confirmer?

Réponse à Bernard, Bernex:

Cher Bernard, il s’agit bien d’un Cuivré des marais, ici un mâle. Le fond gris cendré de l’aile postérieure et cette large bande marginale orange sont assez caractéristiques chez cette espèce. Ce Cuivré est considéré comme vulnérable (VU) en Suisse d’après la Liste Rouge de 2012 et protégé sur l’ensemble du territoire helvétique. En Suisse, la présence de populations a été démontrée seulement en Ajoie (Jura) et en région genevoise. L’espèce se nourrit principalement de plusieurs Polygonacées du genre Rumex (oseilles) et affectionne les prairies humides et marécages bien ensoleillés, mais on la retrouve également dans les clairières forestières ou encore les friches et les jachères.

Cela pourrait aussi vous intéresser

Lacon­nex

En 1960, une autorisation d'exploitation de l'or…

Réserve naturelle